LANDR BLOG

Théorie musicale

Qu’est-ce que l’harmonie en musique et comment la déployer dans votre écriture musicale

Qu’est-ce que l’harmonie en musique et comment la déployer dans votre écriture musicale

L’harmonie est l’une des aspects les plus cruciaux d’un morceau de musique et peut sembler difficle à appréhender par sa complexité.

Vous n’avez pas besoin de connaître les moindes notions de théorie musicale pour être créatif. Cependant, il existe quelques aspects de la construction de morceaux de musique qui nécessitent des connaissances théoriques pour réellement faire briller vos talents d’écriture musicale.

Que vous soyez un producteur vétéran ou que vous ayez tout récemment découvert la création musicale, apprendre quelques notions de théorie musicale peut rapidement engendrer des bienfaits.

Aujourd’hui, nous plongerons dans ce que l’harmonie musicale implique véritablement. Vous apprendrez ce que sont les harmonies, comment les identifier et comment l’utiliser pour ajouter une vraie richesse sonore à vos créations.

Qu’est-ce que l’harmonie ?

L’harmonie musicale est générée chaque fois que deux notes ou plus sont jouées au même moment. L’harmonie peut se référer à l’arrangement des différentes hauteurs des notes d’un accord tout comme elle peut se référer à la structure globale d’un morceau. De façon générale, l’harmonie fait référence à la construction d’accords, les types d’accords et les L’harmonie se déploie chaque fois que deux notes ou plus sont jouées au même moment.

L’harmonie ne s’applique qu’aux instruments mélodiques : taper dans vos mains ou battre du pied ne sera pas en mesure de générer de l’harmonie.

Vous associez sans doute les harmonies aux voix, mais elles peuvent également être générée par tous les instruments de nature mélodique – les guitars, les synthétiseurs, les pianos , ou la combinaison simultanée de différents instruments ne générant respectivement qu’une seule note.

Que l’on se réfère à du R&B mainstream, à des morceaux de folk acoustique ou des travaux orchestraux, l’harmonie y joue toujours un rôle central.

Construire de la musique aux éléments harmoniques accrocheurs est une nécessité pour toute personne souhaitant créer de l’impact.

Comment fonctionne l’harmonie : chiffres romains

L’harmonie est un sujet profond. Vous pouvez vous familiariser avec celle-ci en apprenant un peu de théorie musicale. L’harmonie, dans ce domaine, est représentée par des chiffres romains.

Savoir quel chiffre romain donner à quelle accord se fait de la façon suivante : il s’agit de remplacer le nom d’un accord donné par le chiffre romain correspondant au degré que la première note (fondamentale) de l’accord concerné représente dans la gamme sur laquelle celui-ci s’inscrit.

Ceci peut sembler tout simple, mais une fois déployés, les chiffres romains possèdent un grand pouvoir en vous aidant à savoir dans quel registre harmonique un accord donné s’inscrit. Les catégories d’accords, quant à elles, vous indiquent quelle fonction un accord donné occupe dans une oeuvre musicale.

Dans la musique tonale, il existe trois catégories fonctionnelles :

  • Tonique
  • Dominante
  • Pré-dominante

Il existe trois catégories fonctionnelles pour les accords qui constituent la musique tonale : tonique, pré-dominant et dominante.

https://blog.landr.com/wp-content/uploads/2019/04/WhatisHarmony_FunctionalHarmony-1.jpg

Les accords toniques

Les accords toniques se situent à des endroits où l’action harmonique d’un morceau est stable.

Les accords dominants

Les accords dominants sont les deuxièmes d’accords les plus importants. On peut les aborder comme l’opposé des accords toniques.

Les accords dominants proviennent des triades bâties sur les 5ème degrés des différentes gammes.

Un accord dominant 7ème inclut les 4ème et 7ème degrés d’une gamme, soit les deux seuls semi-tons présents dans la gamme majeure.

Si vous écoutez un accord de 7ème dominant, vous pourrez entendre que les degrés de 4ème et de 7ème présents dans celles-ci semblent naturellement vouloir descendre (du quatrième degré vers le 3ème) ou monter (de la 7ème vers la tonique) pour ensuite pouvoir résoudre vers la tonique.

La tension agréable existant entre la tonique et la dominante est à la base de la plupart des progressions harmoniques présentes en musique.

Si les chiffres I et V agissent ainsi commes les pôles Nord et Sud, qu’en est-il du reste ?

Accords pré-dominants

Les autres accords de votre vocabulaire harmonique sont les accords pré-dominants , utilisés afin de faire le pont entre le Ie I et le V.

Analyse harmonique

Pour voir ces relations en action, écrivez les chiffres romains qu’impliquent les accords de vos morceaux préférés.

Le processus de transcription des chiffres romains qui sous-tendent un morceau plutôt que les noms d’accords eux-même s’intitule analyse harmonique. Il vous montre quelle est la structure sous-jacente d’un morceau et vous permet de mieux comprendre comment celui-ci se déploie.

Le processus de transcription des chiffres romains qui sous-tendent un morceau s’intitule l’analyse harmonique.

Dans cet exemple, j’ai tout d’abord écrit les progressions d’accords d’un morceau des Beatles en mommant les accords eux-mêmes, puis en indiquant les chiffres romains correspondant, puis enfin es catégories d’accords.

https://blog.landr.com/wp-content/uploads/2019/04/WhatisHarmony_HarmonicAnalysis_b.jpg

De cette façon, on peut observer la progressions des accords toniques vers les accords prédominants et les accords dominants : l’harmonie fonctionnelle entre en action!

Essayez d’utiliser l’analyse harmonique pour mieux comprendre vos morceaux préférés. Une fois que vous pourrez voir les pourtours harmoniques de morceaux entiers, vous comprendrez mieux comment vous pourriez appliquer certaines de ces progressions à vos propres travaux, à votre façon.

Une fois que vous aurez discerné la structure harmonique d’un morceau complet, vous saurez facilement comment vous pourriez appliquer certaines de ces progressions à vos propres morceaux, à votre manière.

Comment harmoniser une mélodie

Commencer avec des accords et des chiffres romans est idéal pour écrire des morceaux rapidement, en particulier si vous composez sur un morceau polyphonique comme un clavier ou une guitare.

Si vous cherchez cependant à harmoniser une mélodie, il se peut que vous ayez déjà déterminé vos accords.

Comment se lancer dans l’harmonisation d’une mélodie?

Lorsque vous ajoutez une note d’harmonie au dessus ou en dessous d’une mélodie principale, il faut que cette note s’ “entende” avec l’accord en-dessous. Ceci signifie qu’il ne peut pas s’agir d’un ton dissonant sans aucun lien avec la gamme dans laquelle l’accord s’inscrit.

Identifier le rôle d’un accord donné grâce au chiffre romains puis trouver la clé du morceau, ceci vous aiguillera pour savoir quels notes vous pouvez employer pour harmoniser votre mélodie.

Les tons de l’accord (degrés 1, 3, 5 et 7 de la gamme) d’un accord donné seront souvent vos meilleurs choix pour harmoniser un mélodie, puisque leur sonorité procurera généralement une sensation de “stabilité”.

Contrepoint

Tandis que votre harmonie se développe, il y a de grandes chances que vous superposiez peu à peu des lignes mélodiques additionnelles au-dessus de l’originale. Cette notion de seconde ligne mélodique s’intitule le contrepoint.

La plupart des morceau de pop ne contiennent pas de contrepoints sophistiqués.

Cependant, l’idée centrale de la notion de contrepoint peut s’appliquer à toute ligne mélodique secondaire : chaque ligne mélodique doit faire sens musicalement même lorsque jouée de façon autonome.

Les déplacements d’une mélodie secondaire peuvent se déplacer de plusieurs façons :

  • Les mouvements parallèles ont lieu lorsque deux voix se déplacent tout en conservant la même relation d’intervalle
  • Les mouvements similaires caractérisent deux voix se déployant avec les mêmes directions générales (montées, descentes, etc)
  • Les déplacements obliques font référence au fait qu’une voix se déplace tandis que l’autre reste en place
  • Les mouvements contraires ont lieu lorsque deux voix se déplacent dans des sens opposés.
https://blog.landr.com/wp-content/uploads/2019/04/WhatisHarmony_counterpoint.gif

Évitez de créer des secondes voix trop systématiques, se déplaçant constamment en parallèle : cela engendrera une impression d’artifice.

Évitez de créer des secondes voix trop systématiques, se déplaçant constamment en parallèle.

En lieu de cela, essayez plutôt d’employer différents types de mouvements pour vous déplacer entre différents accords.

Harmonie parfaite

L’harmonie est l’un des aspects les plus cruciaux d’une composition musicale, mais elle ne devrait pas vous intimider pour autant.

Lancez vous dans le travail harmonique en transcrivant les chiffres romains derrière les morceaux qui vous plaisent puis en tantant de superposer différentes mélodies dans vos morceaux : vous composerez comme un·e professionnel·le en deux temps, trois mouvements.