LANDR BLOG

InspirationMatériel de musique

20 trucs de productivité pour finir un morceau rapidement

20 trucs de productivité pour finir un morceau rapidement

Mastering et distribution illimités, 1 200 samples libres de droits, plus de 30 plugins et plus! Obtenez tout ce que LANDR a à offrir avec LANDR Studio.

Rien ne peut égaler cette sensation de satisfaction, quand vous arrivez enfin à l’étape du mastering.

Mais il y a toujours quelques obstacles et contretemps dans le chemin. Entre perdre toute sa musique et la procrastination, c’est un sacré défi de finir un morceau.

Donc, nous avons parlé à plusieurs créateurs et avons trouvé des tas d’idées pour nous ramener en mode “finalisation du morceau”.

Même les stratégies les plus simples feront des merveilles pour faire plusieurs pistes (et même meilleures). C’est à votre tour d’essayer ces 20 astuces de travail pour faire passer votre production à un niveau supérieur :

1. Établissez votre palette sonore

Votre palette sonore est une collection de sons et de samples avec lesquels vous allez travailler. Votre matériel brut. Trouvez des samples de qualité. Choisissez vos synthés et vos plugins VST. Faites votre sélection et collez-y toi. Évitez de vous laisser entraîner dans un choix interminable d’options.

2. Renommez vos projets pour que leur nom fasse du sens, même dans 6 mois (surtout dans 6 mois)

Pour être bien organisé, décidez de votre système de nomination en avance et respectez-le. Intégrez-y des informations claires et pertinentes. Évitez les trucs dans ce genre : sound234-v3_NEW_edited.wav (croyez-moi, j’ai fait la même aussi).

Créez un dossier pour toutes vos productions. Organisez-y votre DAW par mois. Vous serez en mesure de garder une trace de vos morceaux et de leur progression.

files-by-month

3. Faites des dossiers pour chacun de vos projets

Vous détestez voir apparaître le message d’erreur “sample not found” ? Alors règlez le problème en créant des répertoires dédiées. Mettez-y tous les samples que vous allez utiliser pour votre projet. Gardez-le bien dans votre dossier “DAW” et surtout faites en sorte de ne pas les renommer !

Le truc de la mort: si vous utilisez Ableton Live et que vous avez besoin de bouger vos dossiers, alors utilisez l’option “Collect All and Save”.

4. Désactivez le Wi-Fi et fermez votre téléphone

Restez concentré et évitez toute distraction. Faites qu’une seule chose à la fois, votre esprit et votre musique vous en remercieront. Souvenez-vous que vos heures de studio sont un échappatoire au monde de dehors.

5. Créativité d’abord, la critique ensuite

Commencez par quelque chose. Ça n’a pas d’importance que cela soit mauvais. Enclenchez la roue, et après commencez l’affinage. Être trop critique dès le départ vous bloquera. Esquissez des sons, des loops sans les supprimer, et partez de là. La première étape pour finir un morceau… c’est de commencer !

6. Fixez-vous un objectif pour chaque séance d’enregistrement

Abandonner une session pour en commencer une autre sera la meilleure façon de vous bloquer et de vous empêcher de finir un morceau.

Voici quelques exemples d’objectifs hebdomadaires :

  • Lundi : Amusez-vous à improviser un jam pour vous constituer une palette sonore
  • Mercredi : Verrouillez une piste de votre jam
  • Vendredi : Mixez-la, éditez-la et terminez cette piste
  • Dimanche : Masterisez, écoutez de nouveau et éditez

7. Utilisez deux écrans

Aller et venir entre les différents écrans est assez soulant ET une perte de temps. Beaucoup de producteurs utilisent deux écrans pour résoudre ce problème. Ça vous permet d’avoir plus d’espace et surtout plus de contrôle sur votre session.

Voici un exemple d’utilisation de deux écrans :

  • Moniteur 1 : Votre DAW principal
  • Moniteur 2 : Votre logiciel de mixage relié à votre carte son, vos plugins, etc.

8. Le bon vieux RTFM*

Le producteur de musique Brenmar ne jure que par ça, tout comme ceux qui savent ce qu’ils font finalement. RTFM dude! Ou mieux encore : regardez une vidéo explicative étape par étape sur YouTube.

(*) Read the fucking manual (littéralement « lis les “biiiiiiiiiip” d’instructions! »)

9. Établissez des limites

create_limitations_1200x627

Travaillez avec un nombre limité de synthés et de plugins. Commencez petit et concentrez-vous là-dessus. Explorez les limites que vous impose un synthé ou un instrument avant de passer à un autre. Réduisez l’ensemble de vos plugins à un répertoire de favoris, et restreignez-y-vous. Les limites apportent aussi la créativité !

10. Vérifiez votre mix tout au long du processus

Importez des drafts de vos mix dans LANDR pour voir si quelque chose cloche – ça s’appelle le mix referencing. Alors, est-ce que votre mix est balancé une fois masterisé ? Si non, retournez dans votre DAW et remixez-le.

11. Imprimez-vous une liste raccourcis clavier et collez-la sur votre mur

Chaque DAW a ses raccourcis. Trouvez une liste sur internet. Imprimez-la et utilisez-la pour rendre votre travail plus efficace et plus rapide. D’ailleurs, la plupart des DAW permettent de créer ses propres raccourcis. Si vous avez un processus favoris, faites un raccourcis pour ça.

12. Prenez des notes

Si vous travaillez avec de nombreux instruments et des effets en tout genre, prenez des notes ! C’est comme ça que vous vous souviendrez ce que vous avez fais correctement !

Par exemple, notez :

  • Les variantes appliquées sur les synthés pour un morceau en particulier
  • Les variantes qui vont ensemble sur différents synthés
  • La progression d’accords qui sonnent incroyablement bien…
take_notes_1200x627

13. Faites des captures d’écran

Si vous trouvez les réglages parfaits pour vos plugins ou sur vos pédales de guitares, alors sauvegardez-les. Sinon, faites une capture d’écran ou prenez-les en photos. C’est comme ça que vous allez pouvoir continuer vos jams sans avoir à vous inquiéter de perdre vos réglages ou vos paramètres.

Le truc de la mort: utilisez ces captures d’écran pour refaire les mêmes réglages sur un autre morceau, ou pour les envoyer à vos collaborateurs.

14. Enregistrez vos automatisations grâce à un contrôleur MIDI

Faire l’acquisition d’un contrôleur MIDI vous permettra d’enregistrer des automatisations. Ça veut dire enregistrer les ajustements que vous ferez sur les réglages de vos effets et synthés. C’est plus naturel et plus appréciable que de cliquer avec votre souris sur les mêmes boutons tout le temps. Ableton Live explique bien comment vous y prendre.

15. Utilisez des “sends” et “returns” sur vos effets

Claquer une reverb sur tous ses morceaux n’est pas très efficace. Utilisez des sends et returns pour y ajouter des effets.

16. Utilisez un code de couleur dans votre DAW

color-codes

Gardez vos sessions organisées en respectant un code de couleur sur chaque piste. Renommez vos samples et vos pistes pour qu’elles ont du sens.

17. Enregistrez votre travail obsessionnellement

C’est un peu le conseil de base, mais ça ne coûte rien de le répéter encore et toujours. Les ordinateurs glitch, crash et ça rend fou. Évitez-vous une souffrance inutile et enregistrez TOUT LE TEMPS!

18. Partagez vos drafts

Certains disent : ne partagez pas de morceaux incomplets, non terminés, etc. Mais avoir une écoute par des oreilles neuves (un ami de confiance), ça n’a pas de prix. Arrêtez d’être obsédé par des détails inaudibles sur vos morceaux. Quelqu’un d’autre sera capable de vous donner une meilleure idée de comment rendre cohérent votre morceau. Avoir des retours vous permettra d’améliorer vos mix – donc foncez et partagez vos morceaux !

19. Faites une pause et faites le tri

Ok, donc ça fait quelques heures que vous faites ce morceaux. Vous avez maintenant une dizaine de versions de votre ligne de basse d’un côté, un tas de sons non utilisés de l’autre et des plugins inutiles un peu partout.

Le chaos vient avec la création. Ne le laissez pas vous submerger. Faites une pause et commencez à nettoyer pour rendre les choses plus claires. Quand une piste devient trop bordélique, supprimez ce qui n’est pas nécessaire et commencez quelque chose de nouveau.

20. Sauvegardez vos morceaux dans le Cloud

Il y a des tonnes d’histoire horribles où les artistes perdent l’entièreté de leur album avant leur sortie… Évitez la tragédie si vous vous faites voler votre ordinateur de perdre tout ce sur quoi vous avez travaillé. Utiliser un stockage sur le Cloud vous permettra de garder vos masters en sécurité.

Jouez contre la montre et passez par-dessus les obstacles

Quand l’inspiration vous tombe dessus, être capable de traduire rapidement votre vision créative dans un morceau terminé est le sentiment le meilleur au monde !

C’est pas toujours aussi simple évidemment. Il y a tellement de distractions et de raisons de ne pas être efficace.

Une bonne organisation vous permettra de faire de la meilleure musique en moins de temps. Donc suivez ces étapes et retournez-y !

Mastering et distribution illimités, 1 200 samples libres de droits, plus de 30 plugins et plus! Obtenez tout ce que LANDR a à offrir avec LANDR Studio.

Thomas Alves-Chaintreau

@Thomas Alves-Chaintreau

Ne manquez plus aucun article du Blog LANDR

Derniers messages