LANDR BLOG

Matériel de musique

Plugins vs Hardware : pourquoi le travail logiciel est plus attrayant qu’il n’y paraît

Plugins vs Hardware : pourquoi le travail logiciel est plus attrayant qu’il n’y paraît

Mastering et distribution illimités, 1 200 samples libres de droits, plus de 30 plugins et plus! Obtenez tout ce que LANDR a à offrir avec LANDR Studio.

Ah… le bon vieux débat plugin vs hardware… Les habitué·e·s des forums en ligne connaissent sans-doute bien la nature insoluble de cette question.

La grande question pour de nombreux·ses producteur·ices de niveau intermédiaire est liée aux méthodes pour obtenir la meilleure qualité sonore possible dans leur studio. Peut-être l’équipement analogique vaut-il l’investissement ?

La réponse ? Compliquée.

Je n’oublierai jamais la première fois que j’ai enregistré une session dans un studio analogique. Mon excitation en manipulant des VRAIS faders était difficile à contenir.

Ce fut par ailleurs une expérience très instructive pour d’autres raisons

Je me rendis peu à peu compte dans ce contexte de tous les avantages du workflow digital VS l’approche hardware.

Voici le top 6 de mes raisons d’affirmer que le travail numérique peut parfois se révéler supérieur.

1. Le bruit analogique n’est pas qu’une légende urbaine

Pendant l’âge d’or de l’ère studio, les ingénieur·e·s renommé·e·s recourraient à une équipe entière assistant·e·s pour les aider à réaliser leur travail.

Dans un studio professionnel affairé, la simple usure d’une piste sur une console de mixage pouvait signifier que le résultat final de plusieurs morceaux serait impacté.

Aujourd’hui, les consoles que vous trouverez dans la plupart des studios hardware sont loin d’être aussi choyées que celles d’il y a 40 ou 50 ans.

Ceci signifie que ces machines vieillissantes, complexes et gourmandes en énergie sont souvent dans un état de santé tout juste correct. Une console dans un état médiocre, quant à elle, peut induire des artéfacts très nombreux dans un mix.

https://blog.landr.com/wp-content/uploads/2019/02/Plugins_are_better_1-analog_noise.jpg

Chaque exportation analogique se réalise en temps réel. La moindre petite anomalie implique de devoir recommencer cette exportation.

Chaque exportation analogique se réalise en temps réel. La moindre petite anomalie implique de devoir recommencer cette exportation.

Si vous travaillez avec une console qui n’est pas équipée de capacité d’automation (ou, plus probable, si les fonctionnalités d’automations de celle-ci sont aujourd’hui hors-service), il vous faudra par ailleurs capturer l’automation en direct à chaque prise.

Cela peut être incroyablement difficile à répliquer !

2. Retrouver une configuration analogique précise : un cauchemar qui peut vous hanter à jamais

Toute personne qui a déjà eu à retrouver une configuration analogique précise pour un client sait déjà ce que je j’entends par là.

L’idée de devoir passer une heure ou plus à réinitialiser chaque potard et fader juste pour pouvoir atténuer un hi-hat de 1.5 dB me fait froid dans le dos. Pas vous ?

Vous vous souvenez des fameuses équipes d’assistant·e·s que mentionnées plus haut ? Les ingénieurs bien entourés leur déléguaient généralement cette tâche ardue, ne s’embarrassent pas souvent du processus.

Les jeunes membres de l’équipe s’occupaient donc de cet aspect du travail pour que les clients n’aient pas à griller toutes les heures disponibles de l’ingénieur-son principal. Aujourd’hui, cependant, rares sont les studios analogiques qui offrent ce confort.

https://blog.landr.com/wp-content/uploads/2019/02/Plugins_are_better_2-total_recall.jpg

Si vous voulez effectuer des changements sur un mix déjà exporté, il vous faudra ouvrir vos cahiers et reproduire en détail les différentes positions notées sur la console. Vous avez bien tout écrit la dernière fois ?

Retrouver un mix qui avait été patiemment bâti peut prendre un certain temps, donc. L’aspect le plus douloureux ?

Vous ne pourrez à vrai dire jamais retrouver ce mix dans sa version d’origine exacte. Des notes très détaillées peuvent vous aider à vous en approcher, mais vous n’obtiendrez pas exactement le même son.

La même chose s’applique à tous les flux de travail analogiques. Dans l’univers analogique, les sonorités et les configuration se vivent dans le moment présent. Mèfi !

3. Le hardware n’est pas toujours aussi intuitif qu’on ne le croit

Derrière chaque rack tout mignon se cache un impressionnant écosystème de câbles poussiéreux.

Ces câbles mènent à une patchbay, où il vous faudra soigner vos branchements. Configurer ces aiguillages correctement sur votre DAW et procéder aux bonnes connexions avec les câbles physiques peut ajouter des heures à votre processus de travail.

Configurer ces aiguillages correctement sur votre DAW et procéder aux bonnes connexions avec les câbles physiques peut ajouter des heures à votre processus de travail.

https://blog.landr.com/wp-content/uploads/2019/02/Plugins_are_better_4-hardware.jpg

Ce processus se complexifie par ailleurs si vous intégrez du hardware sur les pistes et bus d’une vieille console.

Si vous combinez numérique et analogique, il vous faudra par définition faire du travail manuel pour retrouver une configuration donnée.

Ces limites ne sont pas excessivement contraignantes si votre studio ne possède qu’une seule unité hardware, bien entendu.

4. Votre finition hardware dépend de la qualité de votre convertisseur Analogique/Numérique

Intégrer du traitement analogique sur des éléments sonores avant de les faire rentrer dans votre DAW n’est pas sans risque.

À moins d’avoir beaucoup d’expérience ou d’être très à l’aise avec votre équipement, pousser les choses à peine trop loin avec de la compression ou du EQing peut transformer votre processus de mixage en cauchemar.

Vous pourriez toujours ajouter du traitement analogique par la suite. Vous ne pourriez cependant pas décider de l’ôter s’il est déjà intégré d’un élément donné.

Ceci signifie que la plupart des flux de travail recourant à de l’équipement analogique externe impliquent un second aller-retour de conversion analogique/numérique entre vos machines et votre ordinateur.

Ce sont ces aller-retours répétés qui font de la qualité de votre interface audio un enjeu clé dans la finalisation de votre mixage.

Ce sont ces aller-retours répétés qui font de la qualité de votre interface audio un enjeu clé.

La conversion Analogique/Numérique haut-de-gamme est presque imperceptible, même après plusieurs aller-retours.

En revanche, les interfaces audio de moindre qualité introduisent une coloration qui résulte dans des dynamiques légèrement moins claires à chaque étape de conversion.

https://blog.landr.com/wp-content/uploads/2019/02/Plugins_are_better_3-converters.jpg

Dans de nombreux cas, un plugin de bonne qualité peut posséder un bien meilleur son qu’un morceau d’équipement moyen de gamme après plusieurs étapes impliquant une qualité de conversion moyenne.

5. Oui, les plugins haut-de-gamme peuvent être sublimes

Le processing digital engendra une mauvaise réputation aux débuts de l’ère DAW.

Les premières générations de plugins souffraient des mêmes problèmes que les premiers enregistrements digitaux.

Ces sonorités et ces disques n’ont pour certains vraiment pas bien vieilli. Cependant, le chemin parcouru depuis est considérable.

Les plugins font désormais partie intégrante du marché de l’équipement musical. Les fabricants de plugins ont par ailleurs investi d’immenses sommes dans la recherche et l’emploi d’ingénieur·e·s talentueux·se·s, et ce depuis un certain nombre d’années.

Les fabricants de plugins ont par ailleurs investi d’immenses sommes dans la recherche et l’emploi d’ingénieur·e·s talentueux·se·s, et ce depuis un certain nombre d’années.

Bien sûr, tous les plugins ne sont pas égaux.
Cependant, les plugins professionnels sont largement capables de concourir face à leurs concurrents analogiques.

Les technologies d’émulation hardware sont aujourd’hui incroyablement sophistiquées. Les concepteur·rice·s de plugins en profitent et prennent dans leur grande majorité le temps de reproduire les imperfections des circuits analogiques qui font toute la beauté de ceux-ci.

https://blog.landr.com/wp-content/uploads/2019/02/Plugins_are_better_5-top_tier_plugins.jpg

Par ailleurs, l’équipement physique s’est énormément complexifié.

Les composants modernes et les procédures d’assurance qualité permettent de s’assurer que la fabrication d’équipement physique est plus fiable que jamais.

Ceci rend plus probable le fait qu’une émulation logicielle puisse se comporter exactement comme une unité achetée sur un rayon.

Pour une pièce d’équipement moderne qui n’a jamais été discontinuée, l’émulation sera généralement assez détaillée pour la que la différence entre l’unité physique et la reproduction logicielle n’impacte absolument pas votre mix. Cependant, la quête d’une meilleure “fidélité analogique” dans laquelle de nombreux concepteurs de plugins sont lancés ne s’arrêtera probablement jamais pour autant.

6. Tactile ≠ Facile

Retournons rapidement à mon histoire de première session d’enregistrement.

Pour une raison x, l’aiguillage allant vers mon casque de studio n’avait pas été bien réalisé et la seule manière d’entendre quoi que ce soit au casque était d’utiliser une piste Aux en petite forme.

Non seulement s’agissait-il d’un signal atypique, mais il était donc par ailleurs potentiellement assez coloré pour donner de mauvaises indications sur les décisions à prendre pour le mixag.

https://blog.landr.com/wp-content/uploads/2019/02/Plugins_are_better_6-convenience.jpg

L’argument que je cherche à faire est que “équipement physique” ne signifie pas toujours “équipement pratique”.

Nombre affirme aujourd’hui que le digital rend les ingénieur·e·s paresseux·se·s dans leur travail et entame leur rigueur.

Nombre affirme aujourd’hui que le digital rend les ingénieur·e·s paresseux·se·s dans leur travail et entame leur rigueur.

Mais, si l’on aborde les différences dans l’autre sens, il faut avouer que l’ère digitale a résolu de nombreux problèmes de base auxquels étaient confrontés les ingénieur·e·s. Pourquoi ne pas tirer profit de ces avantages ?

L’affaire Plugin-Hardware

Le débat Numérique vs Analogique n’arrivera sans doute jamais à son terme.

Ils existe tant d’opinions marquées sur le sujet qu’il semble peu probable que la discussion prenne fin.

Chaque côté possède de nombreux mérites et des arguments valides en sa faveur. Aujourd’hui, votre décision d’impliquer du hardware ou non devrait plus reposer sur des préférences personnelles que sur des avantages objectifs.

Avant de mettre les plugins de côté en les considérant comme des jouets qui n’émettront jamais de sons crédibles, investiguez pleinement ce qui est impliqué par l’univers analogique. Le gazon n’est pas toujours plus moelleux sur la pelouse d’à-côté !

Mastering et distribution illimités, 1 200 samples libres de droits, plus de 30 plugins et plus! Obtenez tout ce que LANDR a à offrir avec LANDR Studio.

Michael Hahn

Michael Hahn is an engineer and producer at Autoland and member of the swirling indie rock trio Slight.

@Michael Hahn

Ne manquez plus aucun article du Blog LANDR

Derniers messages