LANDR BLOG

Matériel de musiqueMixage et mastering

7 Astuces Pour Obtenir Du Headroom et Optimiser Ton Mix

7 Astuces Pour Obtenir Du Headroom et Optimiser Ton Mix

Notre puissant moteur de mastering basé sur l`IA écoute votre morceau et vous propose une musique de qualité studio prête à être lancée. Masterisez un morceau avec LANDR Mastering.

Le Headroom c’est comme une bouffée d’air, ton mix doit pouvoir respirer grâce à lui.

Une problématique que l’on rencontre régulièrement chez LANDR, c’est l’absence de headroom.

Demande à n’importe quel ingé son , il te dira la même chose : si tu arrives avec un mix sans headroom, il sera difficile d’en tirer quelque chose.

Si tu veux que ton master soit parfait, il faut pouvoir commencer sur de bonnes bases lors du mixage. Considérer le headroom, lorsque tu te lances dans ton mixage, sera déjà un bon début.

Les deux piliers d’un bon mix, ce sont les dynamiques et le headroom. Un mix dynamique possèdera beaucoup de variations entre les parties sonores et celles plus calmes. L’intensité évolue tout au long du morceau et rend le mix intéressant.

Optimiser son headroom, à chaque étape du mixage, c’est s’assurer d’avoir de larges plages dynamiques.

Voici comment ça marche. Et surtout voici comment bien le faire.

MAIS C’EST QUOI LE HEADROOM?

Dans le monde de l’enregistrement numérique, le headroom c’est la marge disponible en dB (décibels) entre le niveau le plus élevé (pense aux transitoires) et le 0 dBFS (décibel pleine échelle). C’est une sorte de no man’s land. Tu peux considérer le headroom comme une marge de sécurité.

Souviens-toi que le headroom c’est la marge entre les crêtes (transitoires) et le 0 dB et non pas entre le niveau moyen (RMS) de ta piste et le 0 dB. Ca peut prêter à confusion !

Avoir du headroom, c’est super important pour deux raisons :

  • Ça permet d’éviter le “clipping” dans ton mix et la distorsion qui va avec.
  • Ça laisse la possibilité au mastering de faire des miracles.

C’est aussi la meilleure façon d’éviter ce message dans LANDR :

7-Tricks-To-Create-Headroom-2
headroom_slammed

Tiens, voici un exemple d’une piste sans headroom. Les pics transitoires sont en train de clipper !

QU’EST-CE QUI A PLANTÉ?

Les mixes manquent généralement de headroom pour deux raisons :

  • Ça a été mixé trop fort (tu as poussé le volume trop proche de 0dB)
  • Des plugins ont été utilisés sur le bus master dans le but de créer du volume sonore (par exemple : un limiteur et/ou un compresseur)

Ces types de niveaux sonores empêchent au mastering de s’exprimer. Mixer une piste à un volume trop important causera clipping et distorsion.

Si c’est un gros son que tu recherches, LANDR a ce qu’il faut pour toi. Pas besoin d’utiliser des plugins sur ton bus master pour trouver la puissance.

Ceci dit, si tu aimes utiliser un limiteur, en particulier, un compresseur, un égaliseur ou tout autre plugin sur la sortie master, parce que ça donne une texture et une couleur particulière à tes morceaux, ne te prive pas ! Mais garde toujours en tête le headroom !

7 CONSEILS POUR T’AIDER À AVOIR PLUS DE HEADROOM DANS TON MIX :

1. Concentre toi d’abord sur les traits dominants de ton mix

Tu peux désigner préalablement quels éléments tu souhaites mettre en avant en terme de présence. Ensuite tu pourras intégrer les autres pistes.

Essaie d’isoler la partie la plus sonore et commence le mixage par celle-ci (en général les refrains). Concentre-toi ensuite sur les sections moins marquées (couplets) pour finalement t’occuper des parties calmes (intros et outros).

2. Utilise Tes Yeux ET Tes Oreilles

Garde toujours un œil sur ton master fader. Le point de clipping dans un DAW correspond au 0 (zéro). Il est conseillé de garder les crêtes de ta piste quelques dBs en dessous de 0. Vise aux alentours des 6 dBFS, c’est plutôt pas mal et sécurisant. :)

7-Tricks-To-Create-Headroom-1

Voici l’exemple d’un mix avec suffisamment de headroom.

Pour obtenir un bon headroom, sois attentif à deux choses :

  • Sur ton master fader, le niveau moyen (RMS) devrait ressembler à celui que tu vois sur l’image du dessus.
  • Sur toute ta piste, rien (et j’inclue les transitoires) ne doit dépasser les -6dBFS.
7-Tricks-To-Create-Headroom-3

On peut observer ci-dessus une belle ondulation graphique : ça s’apparente à une ‘fishbone’ (ou arête de poisson en Français) en opposition à la ‘saucisse’, qui formera un bloc plus compact. On peut observer que transitoires et dynamiques sont parfaitement équilibrés.

Certains styles musicaux (les musiques électroniques, par exemple) peuvent comporter des sources sonores ou des techniques de compression qui vont nous amener à des courbes ondulatoires en forme de bloc, ce qui est cool en soi. Du moment que c’est fait pour créer une ambiance dans ton mix et NON pas pour ajouter du volume sonore.

PAS SI VITE : certains d’entre vous grugent pour atteindre le -6 dBFS. Si ta courbe ressemble à une saucisse, n’essaie JAMAIS de l’atténuer en utilisant un limiteur ou en normalisant. Tu penses peut-être avoir créé du headroom parce que ton niveau de crête est à -6dBFS mais tu as simplement tout compressé. C’est clairement de la triche et le résultat n’en sera que plus décevant.

3. Réfléchis avant d’automatiser

L’automatisation est souvent utilisée sur les voix et d’autres instruments pour adoucir et maîtriser les niveaux tout au long du morceau.

Automatiser les volumes et les effets est une méthode efficace qui a fait ses preuves. Mais la placer trop tôt lors du mixage pourrait te bloquer si tu ne fais pas attention (tu pourrais, par exemple, grignoter toute ta marge de headroom).

Commence par régler tous tes faders afin d’obtenir un rendu globalement équilibré. Ensuite, tu pourras automatiser pour que tout soit en harmonie.

4. N’augmente pas le volume systématiquement

On ne va pas se le cacher : on est tous attirés par la puissance du son, c’est pourquoi on a tendance à pousser les faders inutilement. Cependant, la puissance sonore ne devrait pas être ta priorité durant le mixage.

“Mais j’aime quand ça claque!” Bon, OK mais tu peux simplement augmenter le volume de ton écran ou de ton casque si ça te fait plaisir ;)

Évite quand même de t’exploser les tympans. Si tu mixes avec un volume sonore trop important, ça peut altérer ton ressenti sur ton mix. Sens-toi libre de pousser un peu le son, mais il est recommandé de mixer avec un volume sonore raisonnable. Fais en sorte que tu puisses discuter avec un ami sans avoir à crier par dessus ta musique.

5. Travaille en 24 bits

Même si l’enregistrement numérique a pris le pas sur l’analogique, certaines habitudes et pratiques sont restées dans les moeurs. Notamment l’idée qu’il faille enregistrer aussi fort que possible pour garder son signal au-dessus du bruit de fond.

Ça posait un véritable problème lorsqu’il fallait enregistrer sur bandes. C’était aussi le cas sur certaines pistes en 16 bits qui pouvaient amasser du bruit de fond.

Mais le 24 bits a tout remis en ordre. Le bruit de fond est tellement bas sur du 24 bits que ça t’accorde une bonne grosse marge (15-20 dB) entre les crêtes et 0dBFS sans avoir à te soucier du bruit ou de la perte de résolution.

6. Pense à contrôler les dynamiques

Pense à bien gérer les transitoires et les éléments les plus denses de ton mix. Un son bien dynamique c’est super, mais essaie d’y ajouter une légère et discrète compression afin de le dompter.

Tu peux saupoudrer quelques petites touches de compression tout au long du mixage pour éviter de tout mettre à la fin.

7. Ne triche pas

Pense toujours au headroom lorsque tu commences à mixer et songe aussi à garder tes pistes à un volume raisonnable. Si tu te retrouves à la fin de ton mix à chercher du headroom, ajuste tes niveaux, un par un, plutôt que de baisser ton master fader.

Ne déconne pas avec les – 6dBFS. Si tu as utilisé différents plugins dans le but d’avoir un gros son et que ton signal ressemble à un gros bloc qui avoisine les 0 dBFS, n’en profite pas pour diminuer ton master fader. Ça va peut-être te faire croire que tu as obtenu un bon headroom, mais tu auras juste réussi à écraser ton mix. Si tu veux que le headroom bonifie ton mix, il faut que tu puisses l’amener de la bonne manière.

OPTE POUR UN MIXAGE DYNAMIQUE QUI RESPIRE

Le secret d’un mix réussi, c’est de partir d’une production dynamique qui comporte des variations d’intensité tout du long.

Résiste à l’envie de détruire le headroom en poussant les faders à fond, ou pire, en claquant un compresseur ou un limiteur sur le bus master dans le but d’obtenir un son trop lourd.

Tu ne maîtriseras pas le headroom du jour au lendemain, mais je peux t’assurer que tes mixes auront une bien plus belle allure. Masteriser un mix qui possède un bon headroom, c’est se rapprocher de la perfection !

Alors ne te prends pas la tête, garde tes niveaux loin de 0 dBFS, et laisse ton mix respirer.

Notre puissant moteur de mastering basé sur l`IA écoute votre morceau et vous propose une musique de qualité studio prête à être lancée. Masterisez un morceau avec LANDR Mastering.

Cyrille Symphorien

Cyrille Symphorien a deux amours dans la vie : la musique et la IPA, mais surtout la musique. Rédacteur chez LANDR. LinkedIn // Twitter @cyrsym.

@Cyrille Symphorien

Ne manquez plus aucun article du Blog LANDR

Derniers messages