LANDR BLOG

Mixage et mastering

10 Façons Originales d’Améliorer Tes Mixes

10 Façons Originales d’Améliorer Tes Mixes

Mastering et distribution illimités, 1 200 samples libres de droits, plus de 30 plugins et plus! Obtenez tout ce que LANDR a à offrir avec LANDR Studio.

Ou toutes les façons d’esquiver le vieux proverbe de l’ingé son grognon : “foutaises en entrée, foutaises en sortie“

METS-TOI DANS LA PEAU DE L’AUDITEUR

http://blog.landr.com/wp-content/uploads/2015/05/LISTENER_BRAIN1-e1432238578701.jpg

Dans une époque marquée par la modernité des outils d’édition, les morceaux sans fin et l’absence de contraintes temporelles liées au monde extérieur, il est facile de se perdre dans le néant du “Mix Parfait”.

Cependant, les gens n’écoutent pas un mix mais une chanson. Peu d’entre eux se passent un morceau de musique, les sourcils froncés, tout en pointant du doigt la moindre erreur qu’ils entendent. Après tout, lorsqu’on veut trouver la petite bête, on la trouve ! Toujours !

Essaie d’avoir le ressenti d’un mélomane :

  • Dès que tu en as l’occasion, prends-toi quelques jours de recul afin de t’éloigner de tes enregistrements.
  • Si quelque chose persiste à sonner faux à tes oreilles, alors il faudra penser à y remédier.
  • Si ce n’est pas le cas et que la chanson sonne comme tu l’avais souhaitée, ne touche plus à rien et contente-toi du résultat.

APPRENDS A CONNAÎTRE TON MORCEAU AVANT DE LE MIXER

Avant d’entamer un mix, je pense d’abord à m’écouter en boucle pendant quelques jours une version brute sur laquelle je pousse les faders à fond. Petit à petit, de nouvelles idées et approches viennent à se présenter d’elles-mêmes.

Il faut que tu puisses laisser la musique guider le mixage et non l’inverse. Ça peut paraître bête ce que je te dis mais c’est une bonne façon de sortir des sentiers battus. Écoute ton mix sur un autre appareil que ton ordi. Cela te permettra de sortir de ta bulle créatrice de producteur pour rentrer dans celle d’un vrai fan de musique.

MIXE COMME TU FAIS TES ARRANGEMENTS

Modifie!

Le mixage s’inscrit dans la même lignée que l’arrangement et l’orchestration. Si bien que lorsque tu fais face à un mix indigeste, demande-toi si tout ce qu’il contient est nécessaire avant d’utiliser tous les équaliseurs, compresseurs ou autres astuces de grand-mère.

Donner à chaque séquence de l’espace et de la “respiration“ leur donnera plus d’impact.
Utilise des sons qui se complètent sans pour autant être similaires.

Considérer le mixage comme un arrangement musical et non comme une lutte acharnée face à des fréquences sera déjà un bon début.

AUDITIONNE TON MIX AVEC LANDR

COMPUTER

Parfois il est sage de prendre de la hauteur face à son mixage, se poser et laisser l’algorithme de LANDR faire le boulot. À partir de là, tu pourras vraiment cibler ce qui fait défaut à ton mixage (tu vas aussi pouvoir arrêter de triturer ces basses, nom de Dieu!). C’est finalement une des pratiques les plus courantes sur LANDR – ce qui fut une agréable surprise pour nous aussi.

Govales, pur produit de Brooklyn, qui a récemment tapé dans l’œil de MistaJam, Zane Lowe et Gilles Peterson, a commencé à balancer ses mixages inachevés sur LANDR. Ça lui a permis de mettre en relief les passages qui nécessitaient d’être retravaillés.

TRIMBALLE TON MIX AVEC TOI

C’est sûr qu’avoir du super matos (haut-parleurs, casques) et une acoustique d’enfer ça aide, mais écouter ton son dans un univers plus commun t’apportera une vision alternative, surtout si tu n’as pas misé toutes tes économies sur ton home studio.

Ecoute ça sur les haut-parleurs de ton ordi portable, avec des écouteurs pourris, dans ta caisse ou encore dans la cave de ton pote boutonneux fan de Rock Prog’ rencontré en école de musicologie.

Si ça sonne bien sur tous ces appareils, alors ton mix est au poil. Si ce n’est pas le cas, fais-toi une liste des éventuels problèmes et retourne au mixage pour les solutionner.

Savonne et rince jusqu’à ce que tout soit propre !

BIDOUILLE!

Faire un mixage équilibré, précis et bien proportionné n’est que la partie immergée de l’iceberg. Un mixage peut s’apparenter à quelque chose de carrément plus intéressant.

Perds-toi dans les expérimentations : passe tes voix réverbées à travers une synthèse granulaire. Ajoute du vocodeur à tes percussions en utilisant ton synth pad. Inverse sans délais le delay qui apporte la touche delay à ton vibraphone, rajoute-y du tremolo, réinverse le tout et rajoute encore du delay.

Le pire qu’il puisse arriver, c’est que ça ne sonne pas très flatteur et que tu sois obligé de recommencer à zéro. Ce qui peut t’arriver de mieux c’est que tu puisses tomber, par hasard, sur un truc purement unique et ainsi développer ta marque de fabrique en inventant un effet « à la Daft Punk ».

MAIS BAISSE CE FICHU VOLUME :)

LEVELS

Maintenant que nous vivons dans un monde en 24-bits, les bruits de fond ne posent plus aucun problème. Il est donc inutile de faire en sorte que toutes les mesures pètent de partout.

Enregistrer inutilement ta séquence d’enregistrement avec un volume trop élevé t’expose à un pénible écrêtage. Vise plutôt un volume moyen de -18dB FS (ou niveau maximum d’environ -10dB FS sur tes faders) et tes signaux n’auront pas besoin de passer par la case écrêtage. De plus, tu garantiras plus de marge de sécurité au bus de mixage sans avoir recours aux écrêteurs et sans continuellement baisser tes faders.

Si ton morceau mérite d’avoir un son plus fort tu n’as qu’à simplement augmenter le volume de tes haut-parleurs. Épargne-toi l’étape “fais péter le son“ et laisse faire le mastering.

Tes mixages sonneront au final plus approfondis, plus directs et surtout moins barbants.

AUTOMATISE TES FADERS

SOLO

Les compresseurs sont tops pour maîtriser des performances énergiques et y ajouter du caractère, mais s’appuyer sur la compression pour ajuster le volume de tes morceaux lorsque tu ne touches pas aux faders est la meilleure formule pour obtenir un mix inerte.

Une fois que tu as mis en place un équilibre de base entre tous ces éléments, tu peux automatiser les allers et retours des faders. Cela aidera tes séquences à s’associer d’une manière naturellement musicale.

RESISTE A L’ENVIE DE TOUT PLACER EN MODE SOLO

Mettre en solo une piste peut s’avérer pratique si tu essaies d’estomper les bruits ou si tu veux t’assurer que tes modifications soient justes. Mais évite de trop égaliser et compresser en mode solo. Par réflexe, on aurait tendance à faire en sorte que toutes les séquences aient du volume et de la rondeur d’elles-mêmes, mais cela peut aussi causer une impression de désunion lorsque les éléments sont assemblés.

Mixer, c’est faire en sorte que toutes les plages réunies ne fassent plus qu’une. Certaines parties pourront sonner trop légères ou insignifiantes lorsqu’elles sont isolées mais ça les encourage à être placées facilement et discrètement dans le mixage aux côtés des éléments plus importants.

FILTRE TOUT

Tu as bien lu mon ami, filtre tout ! Bon, peut-être pas tout mais beaucoup de choses et beaucoup de fois. Les filtres passe-haut et passe-bas seront tes meilleurs alliés lors du mixage.

Atténue les graves, et même occasionnellement les aigus, sur des morceaux où ils ne sont pas indispensables t’offrira plus d’espace que tu ne l’aurais rêvé.

Rappelle-toi : ne t’inquiète pas si un son paraît bizarre ou plat lorsqu’il est isolé. La seule chose qui compte c’est comment il sonne lorsque l’ensemble est restitué dans son contexte.

Mastering et distribution illimités, 1 200 samples libres de droits, plus de 30 plugins et plus! Obtenez tout ce que LANDR a à offrir avec LANDR Studio.

Cyrille Symphorien

Cyrille Symphorien a deux amours dans la vie : la musique et la IPA, mais surtout la musique. Rédacteur chez LANDR. LinkedIn // Twitter @cyrsym.

@Cyrille Symphorien

Ne manquez plus aucun article du Blog LANDR

Derniers messages