LANDR BLOG

EnregistrementMatériel de musique

Comment choisir une interface audio pour votre home studio

Comment choisir une interface audio pour votre home studio

Mastering et distribution illimités, 1 200 samples libres de droits, plus de 30 plugins et plus! Obtenez tout ce que LANDR a à offrir avec LANDR Studio.

Votre interface audio est réellement la pièce-maîtresse de votre home studio. Elle accueille différents outils indispensables tels que des préamplificateurs, des convertisseurs analogique-numérique et un amplificateur de casque audio.

Chaque son entrant dans votre ordinateur puis restitué par vos hauts-parleurs doit tout d’abord passer par votre interface audio.

Puisqu’il s’agit d’une part réellement cruciale de votre dispositif, acheter votre première interface audio ou faire le saut vers un modèle supérieur au vôtre représente toujours une décision délicate.

Dans cet article, je parcourrai tout ce que vous devez savoir afin d’opérer un choix informé le moment venu.

Comment choisir une interface

Les interfaces modernes sont des outils très puissants qui regorgent de fonctionnalités.

Lorsque vous choisissez une interface, il vous faut en premier lieu penser aux fonctionnalités qui pourraient être les plus adaptées à votre flux de travail personnel.

Lorsque vous choisissez une interface, il vous faut en premier lieu penser aux fonctionnalités qui pourraient être les plus adaptées à votre flux de travail personnel.

Parcourons les principales fonctionnalités que vous pourriez rencontrer sur différentes interfaces pour que vous puissiez d’or et déjà penser à leurs utilités spécifiques.

Types de connexion

Votre interface audio utilise une connection filaire standard pour transmettre des signaux jusqu’à et depuis votre DAW.

Par le passé, les interfaces audio avaient besoin de comprimer le maximum de bande-passante au sein d’une connexion filaire donnée. Les fabricants devaient patiemment se soumettre aux avancées progressives de l’informatique et à l’évolution de différentes normes telles que celles régissant les connectiques Firewire 400 et 800 ou USB 1.0 .

Différents standards plus récents tels que USB 3.0 ou Thunderbolt sont assez rapides pour pouvoir gérer un large nombres de pistes tout en conservant une latence très réduite.

Même une bonne-vieille connexion USB 2.0 peut se révéler suffisante pour certaines applications lorsque moins de pistes sont impliquées.

https://blog.landr.com/wp-content/uploads/2016/09/CableGuide_USB.jpg

Vous l’aurez compris, le type de connexion de votre interface audio est très important. Il affecte la latence globale de votre système ainsi que le nombre de canaux qui peuvent enregistrer et/ou lire de l’audio simultanément.

Les normes de connexion les plus répandues sont :

  • USB 1.0 – Un standard aujourd’hui obsolète qui ne pourra supporter que des tâches audio minimales.
  • USB 2.0 – Toujours pertinent pour les tâches simples et les projets à nombre de pistes réduit.
  • Firewire 400/800 – Deux standards aujourd’hui obsolètes, largement remplacés par l’USB 3.0 et par la norme Thunderbolt.
  • USB 3.0 – Excellent taux de transfert et bande-passante confortable pour les applications audio.
  • Thunderbolt – Le standard de connexion le plus rapide disponible à ce jour.

Gardez le type de connexion de l’interface en tête lorsque vous vous demanderez combien de pistes simultanées vous souhaitez généralement impliquer dans vos enregistrements, ainsi que la priorité que détient pour vous une latence audio très réduite.

Gardez le type de connexion de l’interface en tête lorsque vous vous demanderez combien de pistes simultanées vous souhaitez généralement impliquer dans vos enregistrements, ainsi que la priorité que détient pour vous une latence audio très réduite.

Entrées/sorties audio

https://blog.landr.com/wp-content/uploads/2016/11/How-to-Build-your-Perfect-Home-Studio_ComboJack_1200x627.jpg

Le nombre d’Entrées/Sorties, généralement mentionné par l’abréviation I/O (pour input/output) correspond au nombre de canaux audio disponibles sur votre interface audio.

Les caractéristiques en terme d’I/O forment probablement le facteur le plus important lorsque vient le moment de choisir une interface audio. De façon générale, plus une interface possède d’I/O, plus son prix grimpe.

Ceci peut sembler évident, mais plus d’entrées signifie une plus grande capacité à enregistrer différentes pistes en simultané.

Vous vous demandez si vous avez besoin de plus que deux sorties?

Les outputs supplémentaires vous permettent par exemple de créer des mixes de monitoring différents pour que les musiciens avec qui vous travaillez puisse les entendre sur leurs casques audio (par exemple lors de prises de vocales ou lors de l’enregistrement de pistes instrumentales additionnelles). Ils permettent aussi de pouvoir connecter votre interface à des instruments et effets externes.

Ces explications semblent suggérer qu’il vaut mieux investir dans une interface dotée du plus grand nombre de canaux possibles, mais il existe cependant un revers à cette médaille en terme de fidélité et de latence potentielles.

Une interface plus chère avec peu d’I/O possède généralement une meilleure fidélité audio pour les différents signaux qu’elle traite.

Une interface plus chère avec peu d’I/O possède généralement une meilleure fidélité audio pour les différents signaux qu’elle traite.

Essayez d’équilibrer vos besoins en terme de I/O au regard de ce critère. Il n’est pas nécessaire d’investir dans une interface monstrueuse de 32×32 pistes si vous n’enregistrez systématiquement qu’un seul microphone ou signal audio à la fois.

Astuce : Le total d’I/O inclut souvent des canaux qui peuvent être ajoutés à l’interface en connectant de l’équipement supplémentaire aux entrées digitales.

Ce chiffre représentera donc le total théorique des entrées et des sorties possibles, mais celui-ci ne sera pas forcément le même que le nombre d’entrées et de sorties directement utilisables lorsque vous utiliserez l’interface en question dans sa version de base.

Prêtez une attention particulière aux spécifications concernant les entrées analogiques d’une interface donnée, en particulier le nombre de préamplificateurs à microphones disponibles.

Connectiques additionnelles

Les interfaces modernes sont conçues pour êtres des solutions audio versatiles. Ceci signifie que les modèles récents sont beaucoup plus que des convertisseurs analogique-numérique.

Les ports additionnels souvent présents sur les interfaces audio incluent :

  • I/O MIDI – Les ports MIDI intégrés vous permettent d’également faire usage de votre interface audio comme d’une Interface MIDI.
  • I/O numériques – Les entrées et sorties numériques vous permettent d’augmenter le nombre de canaux disponibles. Vous pouvez les utiliser pour ajouter un préamplificateur avec convertisseur intégré à votre interface pour les sessions qui nécessitent plus de I/O. Parmi les connexions numériques répandues, on peut citer les formats ADAT Lightpipe, S/PDIF et AES/EBU. Les interfaces comprenant des I/O numériques vous offrent la possibilité d’étendre vos capacités d’entrée et de sortie si jamais de futures sessions impliquent plus de canaux que d’habitude.
  • Entrées directes à niveau d’instrument – ces entrées 1/4 de pouce pour connecter directement des guitares ou des synthétiseurs vous épargneront de devoir acheter des DI (ou Direct Boxes) dédiés afin d’accéder à vos préamplificateurs.
  • Les sorties reamp – Les sorties reamp peuvent être vues comme l’inverse de boîtiers DI (ou direct boxes). Ces sorties vous permettent d’utiliser des outils et effets physiques tels que des pédales de guitares en tant qu’effets externes.
https://blog.landr.com/wp-content/uploads/2016/10/Audio-Cable-Types-infographic-guide.jpg

Les interfaces comprenant des I/O numériques vous offrent la possibilité d’étendre vos capacités d’entrée et de sortie si jamais de futures sessions impliquent plus de canaux que d’habitude.

Logiciels de traitement de signal digital

Avec tant d’interfaces disponibles sur le marché, les différents fabricants aiment se démarquer grâce aux logiciels et capacités de traitement de signal numérique (DSP pour Digital Signal Processing est le terme le plus répandu) qu’ils proposent.

Les interfaces vendues par des compagnies également connues pour leur offre logicielle, telles que Universal Audio ou Native Instruments, sont généralement fournies avec des suites logicielles qui peuvent être très attractives pour les utilisateur·ice·s cherchant à bâtir leur bibliothèque de plugins.

Les DSP intégrées (qui sont en fait des puces de traitement de signal numériques) permettent aux interfaces audio de fonctionner comme des appareils autonomes très puissants. Ceux-ci signifie que vous pouvez aiguiller de l’audio au sein de l’interface elle-même sans même avoir à ouvrir un DAW quelconque.

UAD, Apogee, Presonus, MOTU et d’autres proposent des environnements DSP robustes qui vous permettent de créer facilement des mixes de monitoring sans latence ou de pouvoir écouter un canal en lui appliquant des effets et des modulations.

Ces fonctionnalités peuvent sembler difficile à maîtriser au premier abord, mais une fois que vous serez habitué·e·s à celles-ci, elles deviendront centrales à votre flux de travail.

1 2 3 Interface

Votre interface est probablement l’élément le plus important de tout votre environnement de travail. Choisir le bon modèle pour vos besoins est donc indispensable.

Maintenant que vous avez une idée plus précise des différentes caractéristiques de celles-ci et de leur impact sur la création, il est désormais temps d’en comparer quelques-unes.

Si vous voulez avoir une idée générale des modèles disponibles, consultez notre guide sur Les 52 meilleures interfaces audio sur le marché pour avoir un aperçu de ce vaste univers.

Mastering et distribution illimités, 1 200 samples libres de droits, plus de 30 plugins et plus! Obtenez tout ce que LANDR a à offrir avec LANDR Studio.

Marc

Curiosité insatiable & maladresse incurable. Live/Tourne-Disque. Rédacteur du blog LANDR en français. SoundCloud Facebook Instagram

@Marc

Ne manquez plus aucun article du Blog LANDR

Derniers messages